DANSES


L'Inde ancienne et classique...
Lord Shiva le seigneur de la danse et son épouse la Déesse Parvati ont enseigné la danse aux Apsaras danseuses célestes.  Lord Shiva leur a enseigné le Tandava, mouvements masculins et forts, et la Déesse Parvati leur a enseigné le Lasya, mouvements féminins et doux. 
Ce duo lasya-tandava est représenté dans tous les styles de danses classiques indiennes.  Le bas du corps symbolisant Lord Shiva par ses frappes de pieds encrées et ses rythmes, et le haut du corps symbolisant Goddess Parvati par ses mouvements gracieux. 
Nous pouvons aussi comparer ce concept naturel à celui de la Lune et du Soleil, du Yin et du Yang..;
Ce savoir de danses a ensuite été transmis au grand sage Bharat Muni sur terre.  Puis Bharat Muni écrit cette connaissance sacrée, le "Natya Shastra" qui est un traité ancien sur les arts du spectacle englobant le théâtre, la danse et la musique.
Les apsaras sont représentées dans de nombreuses écritures dansant la version céleste de ce qui est connu sur terre comme le Bhârata natyam. 
Beaucoup de sculptures antiques dans les temples hindous sont basées sur les Karanas postures du Bhârata natyam.  
Essentiellement une divinité hindoue est un invité royal vénéré dans un temple à qui on offre des hospitalités parmi lesquelles sont la musique et la danse, agréables pour les sens. 
Après des décennies d'abandon, la fin des années 50' a vu un renouveau méticuleux de ces arts divins et raffinés, c'est ce que nous appelons aujourd'hui le Bhârata natyam, le Kuchipudi, le Mohiniattam, l'Odissi etc... 
Bien que la danse soit maintenant présenté sur des scènes plutôt que dans des temples, son caractère primaire en demeure d'une profonde dévotion. 


Bharatanatyam...
Le Bhârata natyam est une forme de danse classique du Tamil-Nadu, un état du sud-est de l'Inde.
Certains disent que son nom vient de Bha-Bhavam(sentiment, émotion, humeur, état d'esprit dévotionnel), Ra-Ragam(mélodie) et Tha-Thalam(rythme).
C'était l'art des danseuses de temples appelées Devadasi, dansé dans un but d'intention spirituelle et de dévotion profonde en invocation aux Dieux et Déesses qui sont représentés dans cette danse et dans toutes les danses classiques indiennes.  Aujourd'hui le B^natyam est ouvert à la scène et n'a pas de limite dans ce qu'il peut exprimer.
Ce style est connu pour sa pureté, sa grâce, ses mouvements linéaires, ses poses sculpturales, un complexe travail des pieds, une expressivité des yeux et du visage ainsi qu'une gestuelle des mains codifiée-hasta mudra.  Une profonde concentration est nécessaire afin de maintenir un équilibre agréable entre les mouvements de pieds rapides et puissants exécutés en position de demi-plié, le dévoilement de courbes suaves et l'émotion accompagnée de séduisants mudras.  Ceci en fait une danse classique indienne techniquement exigeante et complexe.   Ce mélange de vertus en fait aussi une danse méditative, un yoga en mouvement.
Cet art splendide a été passé de guru à disciple depuis des milliers d'années et nécessite des années de dévouement pour être maîtrisé.
Il existe en Inde plusieurs autres styles de danses classiques qui sont toutes autant respectables et raffinées: Le Mohiniattam, le Kathakali, le Kuchipudi, l'Odissi, le Kathak, le Manipuri, le Sattriya.

Le répertoire du B^natyam comme indiqué dans le Natya Shastra-traité de dramaturgie étant une bible pour tous les danseurs en Inde, inclus des éléments de Nritta danse pure et de Nrittya danse expressive.
Nritta est la personnification du rythme à travers la danse et se compose de gestes ornementaux ne traduisant pas d'histoire ou de narration spécifique, de poses de danse ou de karanas et des pas traditionnels comme les adavus ou les jethis.  Les composants qui embellissent Nritta sont le rythme-tala et le tempo-laya.
Nritta dépeint la beauté de l'association parfaite du rythme, de la précision et du mouvement.  La musique et les syllabes rythmiques appelées sollukattus accompagnent les séquences de nritta dans les danses.  La coordination parfaite des pas de danse et des syllabes prononcées crée un effet captivant.  Le but des mouvements de danse rythmique ou nritta est d'embellir les compositions dansées.  Cet embellissement intensifie la réceptivité du public vers la danse, il est donc un élément très précieux.
Les danses comme Alarippu, Jathiswaram ou Thillana sont entièrement basées sur la danse abstraite.  Ces danses n'ont pas la poésie émotive d'un sahitya comme les Varnam, Shabdam ou Padam.  Les mouvements gracieux d'un Alarippu et les changements rapides des mouvements des mains des extraordinaires séquences d'un Jathiswaram sont vivifiants.  Les poses sculpturales et les mouvements fougueux d'une Thillana sont tout à fait exquis à regarder.
Nrittya est l'exposition de poésies significatives à travers la danse.   Le nritta combiné avec des expressions est le nrittya.  Le danseur peut changer rapidement d'expression faciale.  Une transformation subtile des muscles du visage se produit et transmet des sentiments profonds.  Les yeux se déplacent en coquetterie dans un cas et en colère dans l'autre...le danseur en solo joue le rôle de différents personnages sans l'aide des changements d'accessoires ni de costumes passant rapidement d'une femme à un homme ou d'une Déesse à un démon.  Les compositions de danses telles que les Varnams, les Padams et les Shabdams sont un régal pour les yeux et l'esprit.

Après s'être acheté son aller simple pour l'Inde il y une vingtaine d'année, Gali vit toujours dans ce pays qu'elle a parcouru du sud au nord et d'est en ouest, s'imprégnant à chaque instant de la saveur ambiante et continue encore aujourd'hui à se former en danses...divines, classiques, sacrées, folkloriques, créatives...




Kuchipudi...
Le Kuchipudi est un autre style de danse classique du sud-est de l'Inde, de l'état de l'Andra-Pradesh.
Son nom lui vient du village Kuchipudi dans le Krishna district de cet état où les résidents pratiquaient jadis cette forme de danse traditionnelle.
Le Kuchipudi est composé aussi de Nritta et Nrittya et a de nombreux points communs avec le B^n.  On y retrouve des pièces telles que Jathiswaram ou Thillana mais aussi des pièces propres au Kuchipudi comme les Tarangams. Tarangam est unique, une partie de cette pièce se danse dans une assiette en laiton accompagnée de 2 diyas-petites lampes à huile ou bougies, dans les mains, tout en équilibrant un kundi-petit pot pouvant contenir de l'eau ou du riz, sur la tête.
Le Kuchipudi comprend aussi le Natya Mala-danse théâtre réalisé par un groupe composé uniquement d'hommes qui jouent des rôles féminins.
Les mouvements du Kuchipudi sont plus vifs et plus ondulants à la fois, que ceux du B^n lui donnant ainsi un charmant effet.  Des mouvements subtils du torse y sont aussi incorporés. Il existe une autre différence dans la présentation elle même.  Celle-ci réside dans l'abhinaya.  La grâce lasya du Kuchipudi donne de l'importance à vakyartha abhinaya, le B^n en revanche plus orienté vers les mudras, donne de l'importance à padartha abhinaya, chaque mot est interprété par un mudras.  Vachika abhinaya-utilisation des mots est aussi une des particularité du style Kuchipudi.
Le Bharatanatyam et le Kuchipudi sont dansés sur de la musique carnatique, musique classique de l'Inde dravidienne du sud. 




Créations... Fusion Kathak/Old Bollywood...
Dans chaque état de l'Inde se trouve des langues variées, des habitudes différentes et  il existe ainsi de nombreuses sous cultures divisées par castes ou tribus ayant chacune son propre et unique style de danse.

Les danses tribales LAMANI gypsy du sud de l'Inde... 

Les danses gypsy viennent de la caste des Lamanis, tribus nomades du Karnataka.
Elles sont dansées dans les villages banjara par les lamanis, caste tribale sédentarisée dans des petits hameaux.  Lors des jours de fêtes les femmes des villages se regroupent et dansent ensemble...des mouvements qui dénotent souvent les divers gestes utilisés lors des moissons et sont accompagnés de jeux et croisés de pieds et de petits mouvements des hanches...c'est aussi une façon de prier pour que les récoltent continuent à pousser. C'est une danse festive et colorée.



Le Ghoomar...

Le Ghoomar est une danse folklorique du Rajasthan.  Il est dansé en général par des femmes en groupe formant une ronde.  Ses mouvements élégants, gracieux et tourbillonnants déploient joyeusement les larges voiles colorés et les jupes évasées des danseuses.   C'est une danse délicate accompagnée de gestes distingués. 



Le Bollywood...
La danse Bollywood est une danse massala ou mélange laissant le choix au chorégraphe d'utiliser les mouvements dont il a envie selon l'inspiration. Anciennement en Inde les mouvements utilisés dans les chorégraphies Bollywood étaient influencés par les divers styles de danses indiennes classiques et folkloriques, aujourd'hui on y trouve aussi une multitude de styles: Hip-Hop, danse orientale, etc...tout peux s'y mixer.